Duo de choc où, sur des riddims originaux “live” pilotés par Rémi Caussé, inspirés par le dance-hall jamaïcain des années 80 (Early Digital), les musiques latines et méditerranéennes, Lou Dàvi propulse son flow. Il puise ses sources dans le raggamuffin, le chant traditionnel occitan et la joute-verbale et nous livre sa vision de la “Convivenca” : Cet art du vivre ensemble, développé par les troubadours en leur temps, et dont il est tellement question aujourd’hui.

Si Lou Dàvi s’exprime aussi en occitan, aucune crainte à avoir, on ne perd jamais le fil car ce duo, avec son energie et sa bonne humeur, saura nous faire remuer.



La Talvera : Créé au début des années 1980 pour financer les recherches ethnomusicologiques sur le terrain d'une poignée d'irréductibles bien décidés à sauver et à valoriser la musique traditionnelle et la culture occitane, le groupe La Talvera continue à explorer de fond en comble le répertoire traditionnel occitan, tout en oeuvrant à la création d'un répertoire musical et poétique ancré dans le monde actuel. 


Occitane, mais toujours dans une ouverture sur le monde, la musique de La Talvera prend ses racines dans la tradition mais crée des liens dans la contemporanéité en jetant des ponts, d'une génération à l'autre, d'un continent à l'autre, d'un temps à un autre.

Aujourd'hui La Talvera, c'est un groupe, certes, de musique occitane, mais également inclassable et bigarré. Ni ragga, ni world, ni exclusivement traditionnel, elle est empreinte de ses multiples rencontres et voyages...

Daniel LODDO : auteur-compositeur, de racines sarde et occitane, ayant vécu à la fois dans les vignobles et dans les bas-quartiers de Gaillac
chanteur, bodegaire, accordéoniste,
Céline RICARD : née dans la campagne aveyronnaise, "une voix unique, un timbre pointu et chaud comme la vie…"
Chant, fifre, graile

Le duo Los Goïats Composé de Nicolas Peuch(Accordéon diatonique, tchatche en Oc) et de Gilles Debecdelièvre (accordéon diatonique et chant)

BIOGRAPHIE :
Le plus simple appareil pour sublimer un des instruments les plus complexes, telle pourrait être la devise des Goiats. Leur formule : deux accordéons qui se répondent, un peu de chant, un pied pour rythmer le tout et en avant balèti ! Deux « goiats », deux instruments, un groupe, mais deux parcours bien différents : les groupes folkloriques pour Nicolas Peuch, le jazz pour Gilles de Becdelièvre, pianiste tombé amoureux de l’instrument de prédilection de Marc Perrone jusqu’à l’enseigner. Autant dire que ces deux-là ne sont, au départ, pas du même monde musical ! Oui mais voilà, ils sont amis, ont eu envie d’élargir leurs horizons et de le faire ensemble, aussi ont-ils chacun décidé de faire un pas (de danse) vers l’autre. Le résultat : une musique vraiment populaire, vivante, empruntant autant au répertoire oral occitan qu’à la chanson pop. Sans complexes et sans contraintes, ces deux périgourdins-là ont bien compris que la musique traditionnelle était évolutive et que l’on pouvait tout se permettre pour peu que l’on parvienne à satisfaire cette règle simple : faire danser tout le monde